• fnbois

Le President Siat et le comité directeur prennent position pour relancer l’activité

Mis à jour : avr. 17

Le President Siat et le comité directeur prennent position  pour relancer l’activité et améliorer la situation économique du secteur et de la filière.  

La situation économique varie très fortement d’un secteur à l’autre. (cf observatoire d’activité FNB en place depuis le 25 mars). En forêt comme en industrie ou en logistique les entreprises se sont organisées pour produire au maximum de ce qu’il est possible de faire.

C’est la demande qui fixe donc le niveau d’activité et dans certains cas ( réparation palettes, granulés par exemple) l’activité de maillons liés ( recyclage, scieries, ..).

1- Bonne en pépinières, plantations, exploitation forestière, bois énergie, emballage léger,..

2- Moyenne en palettes , export, tonnellerie, granulés, …

3- Basse en scierie « bois de structure », réparation de palettes, négoce bois, emballage industriel,..

4- Quasi arrêt en parquet, 2nde transformation du bois d’œuvre,…

Sur les 15 derniers jours de mars la perte de chiffre d’affaires est estimée entre 250 et 300 millions d’euros.

Pour le mois d’avril , sans reprise d’activité du secteur du bâtiment et de l’industrie lourde, la perte de chiffre d’affaires se situera entre 350 et 400 millions d’euros.

Jusqu’au déconfinement (mi-mai) la perte cumulée de chiffre d’affaires , sans reprise de l’activité du bâtiment et de l’industrie lourde, avoisinera 1 milliard d’euros pour les secteurs relevant de FNB.( environ 50% de CA du périmètre FNB)

Cette estimation ne tient pas compte de la période post confinement aujourd’hui trop floue.

Ce que nous suggérons pour répondre à la question 1 du Ministre de l’économie : conditions de relance de l’activité

1-Relancer la demande tout de suite et dans tous les secteurs où cela est possible.

Cela vise bien évidemment le bâtiment, les travaux publics mais pas uniquement . La relance de l’industrie en général devient une nécessité ;

Le secteur public doit se montrer exemplaire et volontariste pour initier le mouvement sans délai . ( ex : reprise de la réception marchandises de l’usine SNCF de Bretenoux, reprise des chantiers de travaux publics, …) en application de la déclaration du President de la République qui a indiquè qu’il faut travailler là ,où c’est possible.

Passer en revue également de façon fine et exhaustive tous les secteurs aujourd’hui à l’arrêt par décision de l’état pour libérer les activités qui peuvent l’être.

Prévoir un effacement de charges forfaitaire et proportionné aux surcouts des mesures sanitaires de protection des salariés pour donner un avantage significatif aux entreprises qui acceptent de reprendre le travail dès maintenant pour les encourager et inciter.  

Il n’est pas compréhensible que d’autres pays arrivent  à travailler avec le virus pour des secteurs fermés en France. C’est notamment le cas du bâtiment.

2-Favoriser les achats responsables et la qualité de la valeur ajoutée créée.

Toutes les entreprises vont bénéficier du plan de sauvetage de l’économie nationale. Ce plan ne trouvera son financement que dans le cadre de la solidarité nationale et le maintien du pouvoir d’achats de nos concitoyens.

La veille économique mutualisée a démontré que la chaine de valeur  de la filière foret bois française  est approvisionnée à 40% par de l’importation. La substitution de ressource d’import par de la ressource nationale est donc le levier le plus efficace,  le plus sûr et le plus puissant pour s’assurer que la reprise d’activité des 12 prochains mois se fasse en saturant la demande en «  Bois de France ». La marque « Bois de France » mise en place par la filière et partenaire des JO 2024 devrait servir de vecteur de cette solidarité . ( en sciages il peut être gagné 1.5 millions de M3 sur les 2 millions de m3 importés ).

L’ approvisionnement non maitrisé de parquet chinois à prix bradés et subventionnés  par le gouvernement chinois est une menace sérieuse.

Ces achats responsables sont les seuls à permettre à toute la filière ( c’est-à-dire en incluant l’amont forestier) de profiter de la reprise et le plus en phase avec la demande des citoyens Français.

La FNB demande également pour la filière chêne que le label transformation UE devienne d’application obligatoire (foret publique et privée)  par ordonnance à titre expérimental sur une période de 1 an pour substituer de l’export sans valeur ajoutée pour la nation par de l’export de produits manufacturés plus haut de gamme et donc créateur de valeur et d’indépendance industrielle.   

3-réduire les délais d’instruction de tous les projets du bâtiment.

La reprise dans le bâtiment se fera avec des permis de construire et autorisations déjà accordées. Les nouvelles demandes devraient bénéficier de délais exceptionnellement raccourcis pour les lancer très rapidement.

4-organiser la continuité d’activité du mois d’août

Le mois d’août est par tradition un mois quasi inactif dans la filière bois en France . le taux d’activité est de l’ordre de 20%. C’est donc un levier économique puissant et efficace pour aider à compenser une partie de l’activité perdue pendant le  confinement mais un levier socialement délicat et qui nécessite une activité plus large que la seule filière bois.   

5-matérialiser l’autorisation de vendre en drive chez les industriels qui le souhaitent pour les particuliers comme les professionnels.

Beaucoup d’entreprises souhaitent continuer à vendre aux particuliers et professionnels en drive comme le font les GSB et négoces . C’est autorisé mais une matérialisation de l’autorisation permettrait sa généralisation. Le mois de mai est propice à l’auto construction et le confinement aussi. Nous pourrions en faire la publicité.

237 vues

Posts récents

Voir tout